Bonjour !

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour participer.

Article / Contenu

Les data centers durables arrivent chez Orange
print mail

Le kiosque

Les data centers durables arrivent chez Orange

Avec la croissance des débits Internet, la consommation d’énergie et le dégagement de chaleur des data centers augmentent. Heureusement, de nouvelles techniques émergent pour maîtriser les dépenses énergétiques...

Avec la croissance des débits Internet, la consommation d’énergie et le dégagement de chaleur des data centers augmentent. La gestion thermique des équipements électroniques devient une vraie préoccupation. Heureusement, de nouvelles techniques émergent pour maîtriser les dépenses énergétiques.

Le passage d’un courant électrique dans un matériau dégage de la chaleur. C’est un phénomène bien connu appelé "l’effet Joule", du nom de son inventeur.
Chez Orange, les équipements électroniques (télécoms ou informatiques) constitués de composants en silicium alimentés en électricité n’échappent pas à cette règle. "L’énergie consommée par ces matériels et la chaleur qu’ils produisent ont des conséquences sur les températures des bâtiments où ils sont implantés", explique David Nörtershäuser, expert en études thermiques chez Orange.

A cela s’ajoute l’évolution des réseaux avec des débits internet qui ne cessent de croître pour répondre aux besoins de nos clients. Conséquences : les équipements d’Orange se densifient et la chaleur s’intensifie. "D’où le besoin de recourir à des sources de refroidissement toujours plus puissantes ayant un impact allant croissant en termes de consommation d’énergie" souligne David Nörtershäuser.
Actuellement, les factures d’électricité peuvent représenter jusqu’à 50 % de la consommation globale des sites hébergeant ces équipements.

De plus, les normes européennes définissent des plages de refroidissement fixant des paliers allant de 5 à 40 degrés pour les équipements de télécommunications, tandis que les températures dans les data centers sont encore maintenues entre 22 et 25 degrés. Des normes qu’Orange doit respecter pour ses propres matériels.
"Jusqu’à présent, poursuit David Nörterhäuser, les techniques actuelles n’ont pas permis de mettre en place des stratégies de réutilisation de toute cette énergie. Pour maintenir à température les équipements, on consomme de l’énergie que l’on paye, pour évacuer la chaleur que l’on ne recycle pas", note-t-il. Sans oublier que les systèmes de refroidissement à air classiquement utilisés, très énergivores, s’approchent des limites de leur capacité de refroidissement.

Face à ces problématiques et les coûts induits, Orange se tourne résolument vers le liquid cooling. Une technique qui apporte une source de refroidissement liquide au plus près des composants pour baisser leur température et éviter de recourir à des systèmes de climatisation.

Trois méthodes sont en cours d’études...
Découvrez-les sur hellofuture.orange.com